Ines Simpson et son protocole

Voici une brève bio sur Ines Simpson

En 2005, elle a été admise comme membre du corps professoral par la NGH et continue à ce jour de pratiquer, d’enseigner et d’étudier l’hypnose.

Ines est maintenant un membre certifié de la NGH. Ines était le tout premier instructeur certifié pour le NGH dans l’Ouest canadien. C’est une excellente instructrice en raison de ses connaissances, de ses compétences et de sa capacité à communiquer avec les gens. D’ailleurs, elle a également été intronisée en 2012 à l’Ordre de Braid de la NGH ainsi que le « Hypnosis Pioneer Award » en 2014. Ce sont des titres honorifiques en reconnaissance du service et des apports à l’hypnose.

Ines Simpson a également créé le protocole de Simpson, le seul moyen connu aujourd’hui pour communiquer efficacement avec les clients de l’hypnose dans l’État d’Esdaile et au-delà. Pour la première fois, l’hypnotiseur peut converser avec l’esprit le plus profond du client pour apprendre quels sont les vrais problèmes et pour le diriger à faire ce qui est nécessaire pour obtenir les meilleurs résultats possibles. L’État d’Esdaile est également le point de départ vers des états d’hypnose plus élevés et plus profonds.

Voici son parcours (en anglais)

  • 2000 – Hypnosis certification by the International Medical and Dentist Hypnosis Association
  • 2002 – Advanced Hypnosis training with renowned Omni Hypnosis Center
  • 2003 – Certified as a National Hypnosis Guild (NGH) Instructor
  • 2003 – Certified Hypnotherapist with International Mental and Dental Association
  • 2005 – NGH Board Certified
  • 2006 – Appointed Faculty Member of the NGH
  • 2006 thru 2011 – Created and developed The Simpson Protocol
  • 2012 – Inducted into NGH’s prestigious Order of the Braid
  • 2012 – Hallmark Award- Top Rated Instructor by Student Evaluation
  • 2013 – 2014 Certified as an Omni Hypnosis Instructor
  • 2014 –  The Unique Hypnosis Pioneer Award for creating the Simpson Protocol

Le développement et l’évolution du Protocole

Au cours de sa recherche d’une solution, elle a observé que ses élèves, même dans l’état d’Esdaile, avaient des perceptions différentes. Par exemple, un élève a affirmé qu’il avait suivi toutes les instructions pour vérifier l’état d’Esdaile. Cependant, les autres présents pouvaient lui expliquer qu’il n’avait même pas bougé d’un seul muscle. Toutefois, l’élève en question a juré qu’il avait bougé son bras. Les témoins oculaires et l’élève ont vécu deux expériences complètement différentes et n’étaient pas d’accord.

L’état d’Esdaile est ainsi devenu la clé de la nouvelle méthode.

Qu’est-ce que l’État d’Esdaile ? L’hypnose fait référence à différents modèles de profondeur de transe et à leur signification. La profondeur de transe « Esdaile » porte le nom de James Esdaile, un chirurgien écossais qui a travaillé dans un hôpital en Inde au 19ème siècle. Comme il n’avait pas d’anesthésiant disponibles, il a appris une forme spéciale d’hypnose. Il a pu mettre ses patients dans un état profond et les opérer sans douleur dans cet état. Il a pratiqué plus de 300 interventions chirurgicales étendues et 19 amputations. En Grande-Bretagne, cette méthode a été consternée et son droit de pratiquer a été révoqué. Néanmoins, sa méthode pour mettre les patients dans une transe profonde est restée et a été nommée d’après lui.

Malheureusement, l’état d’Esdaile n’est guère adapté à la thérapie de l’hypnose car la transe est si profonde que les suggestions ne peuvent plus atteindre le client. La conscience veut rester dans l’état d’euphorie et de paix et ne pas être dérangée. Si Ines Simpson était dans cet état et que ses élèves devaient l’influencer, ils n’auraient aucun succès. Inès continuerait de tout percevoir mais sa conscience n’aurait aucun désir de changer quoi que ce soit dans cet état. Elle voudrait juste profiter de ce moment et rester dans l’état d’Esdaile.

Travailler efficacement et de manière interactive dans l’état d’Esdaile est relativement facile pour les hypnotiseurs. Lorsqu’ils traitent la douleur, ils demandent aux clients de laisser les parties du corps touchées dans un état d’hypnose. Ici, Ines Simpson a maintenant reconnu une possibilité. Elle a expliqué : « On peut obtenir une partie du corps de l’hypnose et communiquer par les signes idéomoteurs. » Techniquement, elle laisse le bras du client dans le somnambulisme et guide ensuite le reste du corps dans l’état d’Esdaile. De cette façon, une communication interactive avec le client dans l’état Esdaile est possible. Un des étudiant d’Inès Simpson a baptisé sa méthode « Le Protocole Simpson ». Sa méthode ouvre un nouveau monde de possibilités pour les hypnotiseurs et les clients.

Entrez votre adresse email pour recevoir votre ebook gratuit

 

 

Félicitation, pensez à vérifier vos courriers indésirables